Prochaine conférence

Mardi 19 novembre à 18H30

Cinéma Vox

« La méchanceté dans les médias »

Conférence donnée, dans le cadre de l’Université des savoirs partagés (USP), par François Jost. François Jost est professeur émérite à la Sorbonne nouvelle-Paris III, sémiologue, et fondateur du Centre d’Etudes sur les images et les sons médiatiques. Auteur de nombreux livres sur l’image et les médias, il a fait paraître en 2018 un essai : « La méchanceté en actes à l’ère numérique » (CNRS éditions).

La méchanceté est vieille comme le monde, elle a toujours existé. En quoi a-t-elle évolué de nos jours, s’interroge François Jost ? Et pourquoi consacrer un ouvrage à la méchanceté ? Il dédie son essai « À tous les méchants qui [lui] ont donné envie d’écrire ce livre. » Alors qu’il publiait un article toutes les semaines, sur le site « Le Plus » du « Nouvel Obs », il a été visé par toutes sortes de commentaires malveillants émanant de personnes qui, sous couvert d’anonymat, s’en sont pris à son statut de professeur à la Sorbonne et de sémiologue.

« D’où vient cette volonté de nuire, de souiller, de blesser, de détruire, de ridiculiser, d’humilier ? » Parcourant les différents médias, F. Jost dissèque toutes les formes de méchanceté qui s’y expriment et essaie d’en comprendre les ressorts. En quoi internet et les réseaux sociaux la favorisent-ils ? Toute méchanceté est-elle négative ? La satire sociale, l’humour, la critique ne sont-ils pas une part essentielle de la liberté d’expression ? Où se situe la limite entre, d’une part, une méchanceté constructive permettant de remettre en question certains préjugés, des pratiques douteuses, et d’autre part, une méchanceté délétère ? Peut-on y voir aussi une menace pour nos démocraties ?

Quels remèdes apporter à cette situation, sans bafouer la liberté d’expression ?

Entrée 4 € pour les adhérents, 7 € pour les non-adhérents, 2€ pour les scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi.

Mardi 5 novembre 2019, 18H30

Cinéma Vox de Villefranche de Rouergue

CONSTRUIRE DES BÂTIMENTS OU DES LIEUX?

Conférence donnée par Nicola Delon

Nicola Delon, diplômé de l’Ecole d’architecture de Paris-La Villette, a été un des commissaires du pavillon français à la biennale internationale d’architecture de Venise en 2018. Il est le fils  du Dr J.P Delon, bien connu des Villefranchois. Avec son ami Julien Choppin, il a cofondé en 2001, à Paris, un collectif d’architectes «  Encore Heureux » qui se propose de réfléchir à l’adaptation de l’architecture aux crises qui secouent notre monde.

«  Construire des bâtiments ou des lieux ? »  Nicola Delon s’interroge sur la nécessaire adaptation de l’architecture aux défis de notre monde. Comment  loger une population  à la croissance exponentielle, quand les ressources naturelles -comme le sable, base du béton-  s’épuisent ? Quels matériaux alors utiliser ? Comment concevoir l’habitat sans saccager la nature ? Comment restreindre l’étalement des banlieues pavillonnaires et le réseau autoroutier qui l’accompagne,  tout en évitant la construction de gratte-ciel très énergivores ? Comment  construire non pas des bâtiments mais des lieux adaptés aux défis de notre monde : climatique, économique, social  et dans lesquels il fait bon vivre ?

Chaque année, en France 60 000 ha sont bétonnés (autoroutes, voies ferrées, constructions diverses).Toutes les 24 heures, on utilise l’équivalent de 20 tours Eiffel de métal. Les villes s’étalent, les campagnes se vident. Les centres-villes des petites et moyennes agglomérations sont désertés, leurs  commerces meurent, concurrencés par les grandes surfaces de la périphérie. Comment freiner l’émiettement urbain et le bétonnisation du territoire ? Comment éviter le clivage social : les riches d’un côté, les pauvres de l’autre ? Comment, grâce à l’architecture, à la construction de lieux de vie à dimension humaine, réactiver les liens sociaux, lutter contre la solitude urbaine, ré-enchanter les villes ?

 Sur toutes ces questions primordiales, N.Delon nous fera part de ses réflexions et des solutions qu’il propose.

Entrée :

  • 4€ pour les adhérents,
  • 7€ pour les non adhérents,
  • 2€ pour les scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi.

Deuxième conférence de la saison 2019/2020…

FAKE NEWS, Complots et Fantasmes

Conférence donnée par François-Bernard Huyghe

mardi 15 octobre 2019, 18h30, Lycée Beauregard à Villefranche

Le conférencier François-Bernard Huyghe est docteur d’Etat en Sciences Politiques, actuellement directeur de Recherche à l’IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques) où il a créé l’observatoire géostratégique de l’information en ligne. Il a publié en février 2019 « FAKE NEWS – La Manipulation ».

Il répond pour la 3ème fois à l’invitation de l’USP et aborde un sujet qui nous concerne tous, les « fake news ». Son analyse permettra de mieux comprendre l’expression devenue à la mode en 2016 avec le Brexit et l’élection de Trump que l’on a attribuée en partie à la désinformation. Le terme a été élu mot de l’année 2017 du Oxford Dictionnary.

S’il est vrai, comme le rappelle Huyghe en citant le philosophe Popper que « l’homme est un singe menteur », que dans la Bible, l’histoire de notre espèce commence par une petite pomme et un gros mensonge, que la diffamation et l’intoxication politiques remontent au moins à l’Antiquité, ce qui a changé, c’est l’incroyable démocratisation du faux, ses moyens techniques et son impact idéologique, porté par les réseaux sociaux.

Cet essor de la désinformation et de la manipulation politique a entraîné la réaction des Etats qui veulent légiférer contre cette désinformation, cherchant à éliminer ces « fake news ». Le« fact-checking » ou pratique de la vérification des informations dans les médias classiques s’est d’autre part généralisée pour lutter contre le phénomène.

Vrai ou faux ? Réalité ou manipulation ? Info ou infox ? Les migrants touchent plus d’allocations qu’un retraité français. Des oiseaux sont morts par centaines à cause de l’incendie de Rouen. Le prochain hiver sera ”le plus froid depuis 30 ans” prédisent les médias.

Les fake news cherchent à manipuler l’opinion publique, elles visent à susciter des émotions, à attiser des peurs ou à semer le doute. Le remède à la prolifération de ces rumeurs et forgeries ne se trouve pas dans les lois qui peuvent renforcer chez certains la conviction que l’on nous cache tout et que la vérité est censurée. Le problème est donc plutôt celui de la confiance dans les sources et du processus de vérification.

La conférence de F.B. Huyghe exposera les méthodes de repérage du faux, nous éclairera sur la bonne démarche de vérification et nous renverra au bon usage de l’esprit critique !

« Assurons-nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause […] nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point ! ». L’injonction de Fontenelle est toujours d’actualité.

Rendez-vous mardi 15 octobre 2019, 18h30, Lycée Beauregard à Villefranche

Entrée 7 € – adhérents 4 € – jeunes & sans emploi 2 €

 Entrée :

7€ (non-adhérents)

4€ (adhérents)

2€ (étudiants et demandeurs d’emploi)